Questions à Mgr Vigano

28 Oct 2022

Au cours de la 4e l'université d'été de Civitas qui s'est tenue en Normandie du 13 au 15 août dernier, Mgr Vigano a fait une conférence retransmise aux participants par vidéo.
La conférence elle-même était sur le Grand Reset et reprenait ce que Mgr Vigano dit depuis 2 ou 3 ans sur le "deep state" et la "deep church".

A l'issue de la conférence, le secrétaire général de Civitas, Léon-Pierre Durin, lui posa trois questions. Il nous semble important de vous faire connaître les réponses apportées par Mgr Vigano aux deux premières questions qui lui ont été posées et auxquelles il a répondu spontanément et avec beaucoup d'humilité.


Question n° 1

Excellence, Vatican II a eu lieu il y a plus de 60 ans, la destruction de la liturgie il y a 50 ans, Assise il y a presque 50 ans ; après 60 ans de désastre religieux et politique où tout a été détruit, où les catholiques fidèles sont méprisés, voire injustement condamnés, vous devenez à 80 ans passés un anti-conciliaire acharné. Pourquoi n’agissez-vous que maintenant ?

Réponse

J’ai déjà eu l’occasion de témoigner dans mes interventions passées ce qu’a été mon parcours de prise de conscience progressive de la crise qui afflige l’Église Catholique et des causes profondes de l’apostasie actuelle. Comme je l’ai dit alors, mon engagement dans le service diplomatique du Saint-Siège, (d’abord comme jeune secrétaire dans les Représentations Pontificales en Irak et au Koweït, puis à Londres ; à la Secrétairerie d’État ; et ensuite comme Chef de Mission à Strasbourg au Conseil de l’Europe ; puis comme Nonce Apostolique au Nigeria ; et de nouveau à la Secrétairerie d’État en tant que Délégué pour les Représentations Pontificales, puis comme Secrétaire Général du Gouvernorat et enfin en tant que Nonce Apostolique aux États-Unis) mon engagement – je disais – au service du Saint-Siège, que j’ai essayé d’exercer avec dévouement en y consacrant la totalité de mon temps et de mes forces, m’a complètement absorbé rendant pratiquement impossible une réflexion approfondie des événements qui se déroulaient dans l’Église.

Cela ne m’avait cependant pas empêché de nourrir de fortes perplexités intérieures et même des critiques par rapport aux « nouveautés » introduites après le Concile. Je pense particulièrement aux graves abus liturgiques, à la crise de la vie religieuse, je pense au panthéon d’Assise, aux déplorables demandes de pardon pour les Croisades, par exemple, pendant le Jubilé de l’An 2000. Je pense aussi à ce que j’avais pu percevoir comme jeune étudiant à l’Université Grégorienne à Rome. Je percevais que tout cela découlait des nouveaux principes posés par le Concile.

Mais ce n’est que beaucoup plus tard, devant les gravissimes scandales de l’alors Cardinal McCarrick et de tout son réseau homosexuel, et devant les scandales plus graves encore de Bergoglio, que le lien intrinsèque entre la corruption doctrinale et la corruption morale m’est apparu en toute son évidence, ainsi que les causes profondes de la crise qui sévit depuis des décennies dans l’Église, engendrée par la révolution conciliaire. Et je n’ai pas pu garder le silence.

La catastrophe était prévisible dès le début. Mais comme je l’ai expliqué, nous avions été formés – dans notre formation au ministère sacerdotal et encore plus dans celle en vue du service diplomatique – à considérer impensable que le Pape et l’ensemble de la Hiérarchie catholique pouvaient abuser de leur autorité en l’exerçant pour un but contraire à celui que Notre-Seigneur a voulu pour son Église. Nous avions été éduqués à ne pas mettre en question l’autorité des Supérieurs. Et cela a été exploité par ceux qui, justement en exploitant notre obéissance et notre amour pour l’Église du Christ, nous ont lentement, pas à pas, conduits à l’acceptation de nouvelles doctrines, étrangères à celles que la Sainte Église avait toujours enseignées, surtout en ce qui concerne l’œcuménisme et la liberté religieuse.

D’ailleurs, de même que dans l’Église la deep church s’est étendue par degrés vers la dissolution du corps ecclésial, de même dans la sphère civile le deep state s’est développé de manière je dirais similaire, par une infiltration progressive atteignant les formes tyranniques du Nouvel Ordre Mondial, du World Economic Forum et de l’Agenda 2030.

Dans ce cas également on pourrait se demander : Pourquoi les citoyens ne se sont-ils pas rebellés contre la subversion de l’État par des séditieux qui ont pris le pouvoir dans le but de détruire les institutions qu’ils auraient dû servir en vue du bien commun ?

Beaucoup répondraient : Nous ne pouvions pas imaginer leur dessein pervers, leur projet de faire de nous des esclaves d’un système inique. Nous ne pouvions pas croire que quand ils parlaient de démocratie ou de souveraineté populaire, ils voulaient nous soumettre progressivement à un pouvoir totalitaire radicalement anti-chrétien.

Je considère que le fait de n’avoir pas compris hier la nature du processus révolutionnaire en cours, pourrait être excusable ; en revanche ne pas comprendre aujourd’hui est irresponsable et fait de nous les complices d’un coup d’état mondial dans les choses temporelles et de l’apostasie dans la sphère ecclésiale.

Remercions donc ceux qui bien avant nous, de leur voix prophétique ont lancé l’alarme sur la menace qui pesait à la fois sur la société civile et sur l’Église catholique.


Question n° 2

Merci Monseigneur, je vous pose une deuxième question : Que pensez-vous de Mgr Lefebvre et de son combat, particulièrement dans son acte si controversé des Sacres de 1988 ?


Réponse
(Nota : Vous remarquerez qu'elle rejoint celle de Mgr Schneider.)

Je ne puis regarder Mgr Lefebvre qu’avec admiration et beaucoup de gratitude pour sa fidélité et son courage. Un courage et une fidélité à toute épreuve face à tant d’adversités, d’hostilités, et même d’acharnement de la part d’une Hiérarchie gagnée aux idées de la modernité et infiltrée par les partisans maçonniques d’un projet de destruction capillaire, sans précédent, dont nous réalisons aujourd’hui toute la portée dévastatrice dans ses extrêmes conséquences.

Mgr Lefebvre doit être regardé comme un saint homme, non comme un schismatique ! Comme un fervent missionnaire et un confesseur de la Foi, un zélé défenseur de la Tradition, du Sacerdoce et de la Messe catholique. Il s’est exposé à de graves sanctions, jusqu’à l’excommunication, parce qu’il estimait plus juste de devoir obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes, de garder et transmettre la Tradition plutôt que d’embrasser les doctrines modernistes.

Sa vie est marquée par la piété, l’esprit de sacrifice, le sens du devoir, la droiture de la conscience et par une grande cohérence intérieure. La sienne est une vie donnée à Dieu et à l’Église, dévouée au service des âmes, à l’évangélisation, à l’enseignement et à la prédication de la saine Doctrine, à la célébration du Saint Sacrifice et à la formation de jeunes hommes appelés au Sacerdoce.

Une vie qui est toute entière un témoignage rendu à la solidité de la Foi que nous ont transmis les Apôtres, les Pontifes, les Conciles et les Saints Docteurs de la Foi et pour laquelle les Martyrs ont versé leur sang.

Certains jugent les Sacres de 1988 comme « un pas de trop ». D’autres, y reconnaissent une nécessité vitale pour la sauvegarde de la Messe de toujours. Mgr Lefebvre a saisi l’urgence du temps que nous vivons et le drame d’une situation qui s’est encore aggravée et a pris de nouveaux accents de gravité avec de nouveaux accents de gravité durant ces dernières années, rendant plus évident l’état d’exception dans lequel nous nous trouvons. Certains parlent de désobéissance, nous parlons de fidélité !

Mgr Marcel Lefebvre a continué d’enseigner et de faire ce que la Sainte Église a toujours fait et enseigné. Il s’est opposé au libéralisme, à la destruction de la Messe et de tout l’édifice liturgique de l’Église, à la ruine du Sacerdoce, de la vie religieuse et des mœurs chrétiennes. Je le redis : certains parlent de désobéissance, nous nous parlons de fidélité !

Ceux qui voudraient regarder toute l'intervention de Mgr Vigano la trouveront ICI : https://www.youtube.com/watch?v=Odpa3G8PiIw

Et le script de cette conférence ICI : https://www.medias-presse.info/udt-civitas-2022-transcription-de-la-conference-de-mgr-vigano-et-de-ses-reponses-aux-questions-des-participants/162066/

S'inscrire

À notre lettre